Les bases de la production musicale
dans la DAW

À l'aide de stations de travail audionumériques (DAW), il est aujourd'hui possible de créer des morceaux de musique de l'idée initiale jusqu'au mastering final chez soi en toute simplicité. Nous allons vous expliquer les fonctionnalités de base d'une DAW en nous servant de l'exemple de Samplitude Pro X Suite.

Du studio d'enregistrement à la DAW

Du studio d'enregistrement à la DAW

Pour comprendre le fonctionnement d'une DAW, il est important de savoir comment les anciens studios d'enregistrement analogiques fonctionnaient.

Aux débuts de la production musicale, les enregistrements étaient effectués complètement sans utiliser d'ordinateur, de séquenceur ou d'un autre outil numérique.

À côté des grandes armoires remplies d'appareils d'effets et de «ؘ chambres de réverbération » pour créer une profondeur artificielle, une seule chose n'existait pas à l'époque analogique : le travail non destructif. Les modifications appliquées au contenu enregistré sur bande magnétique devaient être enregistrées sous peine d'être perdues dès que d'autres paramétrages étaient effectués avec la table de mixage ou l'appareil d'effets.

Les préréglages, modèles ou fonctions d'enregistrement, qui sont aujourd'hui omniprésents, étaient inexistants. C'est pourquoi un travail précis et sans erreur était capital. Il était simplement impossible d'exporter un projet et de le laisser quelque temps dans un coin avant de supprimer les erreurs éventuelles. Dès que l'ingénieur du son avait décidé de mixer un autre morceau, tous les paramètres, potentiomètres et curseurs étaient remis à zéro. La seule manière de sauvegarder sa progression était le « stereo bounce ».

En raison de la nécessité d'un travail 100 % correct et sans erreur, une génération d'ingénieurs du son talentueux est née pour essayer d'améliorer ces mécanismes. Avec des fonctions comme « Total Recall », il était enfin possible de sauvegarder tous les paramètres et routings sur la table de mixage et les effets dans un état prévu pour les récupérer plus tard à nouveau. De cette manière, les ingénieurs du son pouvaient au besoin revenir à un mixage pour compenser des erreurs graves a posteriori. Les paramètres sauvegardés devaient cependant être réinitialisés manuellement, ce qui représentait un travail supplémentaire et demandait beaucoup de temps.

Tandis que de nombreuses fonctions similaires facilitant le travail dans le studio d'enregistrement se sont établies avec le temps, il paraissait impossible avec les moyens de l'époque d'améliorer efficacement le montage audio. Le montage audio consistait en un travail routinier long et rébarbatif où il fallait couper et assembler à nouveau la bande magnétique avec des lames de rasoir et du ruban adhésif pour compenser les imprécisions temporelles des musiciens. Contrairement au mixage où on peut appliquer des effets, il n'était pas possible de pré-écouter ou d'annuler les modifications lors du montage. Une fois que la bande magnétique était coupée avec la lame de rasoir, le montage était irréversible.

On a pu assister à une véritable amélioration lorsque les premières DAW ont été commercialisées. Grâce à l'outil virtuel de ciseaux et de colle, les contenus numérisés pouvaient être coupés, déplacés et assemblés librement.

Les bases des DAW modernes

Les bases des DAW modernes

Les avantages des DAW modernes comme Samplitude sont ainsi nettement mieux reconnaissables. Sur les PC personnels, on retrouve tous les équipements qui occupaient plusieurs centaines de mètres carré dans les anciens studios d'enregistrement analogiques. La réalisation, la table de montage et la chambre réverbérante sont accessibles en quelques clics et offrent de nombreux assistants et fonctions supplémentaires pour faciliter le travail dans le studio.

La première étape pour pouvoir éditer des données audio avec une DAW est la numérisation, également appelée « conversion analogique-numérique » (ADC). La résolution de sons naturels peut être infiniment petite ou infiniment grande. C'est pourquoi il est nécessaire d'attribuer à ces sonorités un niveau de volume correct à chaque moment. Le moment est indiqué en tant que fréquence d'échantillonnage en kilohertz, le volume en bits. La combinaison la plus connue de ces valeurs est 16 bits et 44,1 kHz, ce qui correspond à la résolution numérique des CD audio. D'autres valeurs possibles dans Samplitude Pro X sont 24 ou 32 bits et jusqu'à 384 bits. En plus de l'augmentation de la puissance de calcul requise, des valeurs plus élevées entraîne un affinement de la résolution, qui se rapproche de l'original analogique. En fin de compte, la résolution maximale dépend de la carte son utilisée.

La numérisation provoque une diminution de la résolution des enregistrements. Cela signifie qu'elle entraîne une réduction de leur qualité (non perceptible par l'oreille humaine) afin qu'ils puissent continuer à être édités dans une DAW.

En plus de la numérisation, le « travail non destructif », dont nous avons déjà parlé, constitue la nouveauté la plus radicale ayant influé massivement sur le travail de studio avec l'entrée sur le marché des DAW. Étant donné la nécessité de numériser tous ses enregistrements avant de continuer à les utiliser, il est possible de procéder à des changements sans modifier le contenu d'origine. Contrairement aux enregistrements analogiques sur bande magnétique pour lesquels les modifications devaient être réenregistrées et n'étaient plus modifiables a posteriori, cela est précisément possible avec les logiciels actuels. Le « principe des playlists » signifie que les modifications dans la DAW ne sont jamais appliquées aux données enregistrées, mais seulement à une copie. Samplitude offre à tout moment la possibilité de modifier ou de désactiver entièrement les paramètres d'effets et de rétablir le son original de l'enregistrement. Cela est encore possible même après la fin du mixage.

Dans Samplitude Pro X, le principe des playlists a été affiné de telle manière à ce qu'il soit possible d'appliquer des effets à des objets distincts sans avoir à écrire une automation ou créer une nouvelle piste. Si votre solo de guitare nécessite une réverbération supplémentaire, vous pouvez le réaliser à l'aide de l'éditeur d'objet. Avec cette « édition orientée sur les objets », l'objectif est de repenser le mixage classique basé sur la piste qui s'inspire des anciens studios d'enregistrement et, de cette manière, de réaliser des idées créatives de manière plus simple et rapide.

Lorsque l'on compare directement avec les débuts de la production de musique, on peut clairement constater les possibilités supplémentaires permises par les DAW comme Samplitude et la raison pour laquelle elles peuvent proposer un studio d'enregistrement complet avec peu de mégaoctets.

L'enregistrement audio

Chaque enregistrement débute avec un niveau de volume correct. Indépendamment de l'interface (carte son) et de la fréquence d'échantillonnage utilisées, aucun compromis n'est ici possible. Le volume de l'enregistrement est déterminé par le degré du préamplificateur du microphone. Celui-ci, qui se trouve habituellement dans votre carte son, est paramétré avec le réglage de gain. En choisissant le volume optimal, l'utilisateur est en mesure de capturer la dynamique, c'est-à-dire la plage du volume le plus bas au volume le plus haut, sans surmodulations. Pour cela, le volume doit être légèrement inférieur à 0 dBFS à l'endroit de l'enregistrement où le volume est le plus fort. dBFS signifie « deziBel Full Scale » ; 0 dBFS correspond au volume le plus haut, c'est-à-dire la valeur maximale de l'échelle. Tout ce qui est supérieur à cette valeur ne peut pas être perçu par votre ordinateur et entraîne des distorsions.

Contrairement à la bande magnétique analogique, pour laquelle les surmodulations sont utilisées pour influer positivement sur la couleur du son pendant l'enregistrement (on parle alors de « saturation » des particules magnétiques sur la bande magnétique), ces distorsions sont l'un des plus grands problèmes pouvant survenir dans un enregistrement numérique. Chaque type de distorsion numérique rend votre enregistrement inutilisable et peut être difficilement corrigé. Pour trouver le niveau optimal dans Samplitude, il est recommandé de prévoir un temps suffisant. En paramétrant un volume correct, vous obtiendrez un résultat positif à de nombreux endroits et vous pourrez effectuer un meilleur mixage final.

Après le choix du niveau de volume, il faut choisir le bon mode d'enregistrement. Samplitude Pro X propose trois types d'enregistrement : standard, punch et boucle. Tous ces modes d'enregistrement sont à votre disposition. Ils se distinguent principalement dans la manière dont ils lisent les fichiers et effectuent l'enregistrement.

Enregistrement audio

Dans le mode standard, lancez l'enregistrement en appuyant sur le bouton d'enregistrement et terminez-le en appuyant sur le bouton Arrêt. Ce mode est parfait dans le cas où vous commencez juste vos enregistrements et où aucune autre contenu audio n'est à votre disposition.

L'enregistrement punch a pour objectif de corriger les passages défectueux d'un fichier audio sans avoir à tout réenregistrer. Il consiste à passer durant la lecture au mode d'enregistrement soit manuellement, soit par le biais de marqueurs définis au préalable. Pendant la lecture, le musicien entend la partie jouée auparavant. Mais dès que l'enregistrement commence (punch in), il perçoit non pas cette partie, mais le signal d'entrée de son instrument. Le musicien peut alors jouer à nouveau sa partie. Lorsque l'enregistrement est terminé (punch out), l'ancienne partie est à nouveau audible et l'enregistrement est sauvé.

Associé à la fonction Revolver Tracks présente dans Samplitude, l'enregistrement en boucle offre un outil puissant pour monter rapidement la prise idéale. Pendant ce processus, une zone est paramétrée pour pouvoir être lue en boucle après le début de l'enregistrement. Vous avez ainsi la possibilité d'enregistrer de nombreuses prises ou variations les uns après les autres dans une très courte période. Après la fin de l'enregistrement, les prises enregistrées peuvent être affichées dans des pistes distinctes. Avec Revolver Tracks et le compositeur de prises, vous pouvez choisir ensuite les meilleures parties de vos enregistrements et les assembler dans une piste de compilation.

Édition audio

Par rapport aux tables de montage analogiques, les stations de travail actuelles permettent d'effectuer ou d'annuler tous les montages en quelques secondes grâce à la numérisation des contenus. Là aussi s'applique le principe des playlists, qui consiste à appliquer les montages non pas au fichier d'origine, mais à une copie. En plus du montage manuel avec l'outil de ciseaux et de colle, les DAW d'aujourd'hui offrent de nombreux assistants pour accélérer le montage.

Grâce à la quantisation, vous pouvez simplement corriger les erreurs de timing de vos données. La quantisation à proprement parler consiste à attribuer une valeur de note fixe adaptée au mètre quadrillé. Concernant la DAW, cela signifie que tous les événements audio sont harmonisés avec la grille précédemment définie dans la Timeline. Les BPM (battements par minute) et le type de mesure jouent pour cela un rôle décisif.

Par exemple, pour l'édition d'enregistrements de batterie, quelques clics suffisent pour découper l'enregistrement entier en événements distincts et pour les classer à l'aide de la grille temporelle paramétrée. Tandis que certains batteurs ont besoin de la quantisation dans la post-production, l'inverse peut également se produire. De nombreux batteurs professionnels ont créé au fil de leur carrière un propre « groove » qui rend leur style de jeu unique et facilement identifiable pour les experts. Avec une quantisation exagérée, cette valeur ajoutée est détruite, ce qui nuit à l'enregistrement.

C'est pourquoi de nombreux séquenceurs offrent la possibilité d'appliquer la valeur ajoutée d'un instrument à tout le projet. Ce procédé est appelé « groove extraction », et au lieu d'harmoniser la batterie avec la grille, la grille est adaptée à la batterie. La mètre et les BPM sont joués selon le rythme des percussions pour ne pas perdre la valeur ajoutée et sans nuire au timing du projet.

Après la conception de bases solides pour le rythme du morceau, des corrections similaires peuvent être effectuées pour les autres instruments du groupe. Mais ici, la voix est un cas particulier. Contrairement à de nombreux instruments « réguliers », sa précision temporelle et sa tonalité sont encore fragiles. Avec la fonction « Elastic Audio » de Samplitude Pro X, les incertitudes de tonalité du chanteur peuvent être égalisées. Ce processus consiste à « déplacer » les différents éléments de chant à la bonne hauteur à l'aide d'un affichage similaire au piano roll. Pendant ce procédé, il est important d'assurer une transition en douceur entre les parties corrigées et originales du chant. Comme lors de la quantisation de la batterie, une adaptation théoriquement parfaite de la tonalité nuit au caractère de l'enregistrement car elle est perçue comme artificielle et inexpressive par l'oreille humaine. Des petites imprécisions aident à garantir une performance de chant authentique dans le morceau sans trop diminuer la qualité.

L'enregistrement MIDI

Enregistrement MIDI

MIDI signifie « Musical Instruments Digital Interface » et constitue à l'origine un protocole de transfert pour contrôler les générateurs de son. Ce procédé n'entraîne pas l'envoi de contenus musicaux, mais seulement d'ordres de commande qui sont interprétés par la DAW et convertis en musique. Concrètement, cela signifie qu'un signal MIDI contient non pas du son, mais l'information suivante : « jouer la note X avec le volume Y pour la durée Z ». C'est seulement dans le logiciel que cette information est convertie en son pouvant être écouté via des hauts-parleurs.

Contrairement aux enregistrements audio, les distorsions peuvent ne pas entraîner de problèmes en cas d'enregistrements purement MIDI. MIDI offre également comme avantage majeur une certaine flexibilité. Imaginez que vous pouvez changer la position de vos doigts ou l'amplificateur après l'enregistrement de votre guitare sans avoir à jouer à nouveau de la guitare. Dans le séquenceur ou la DAW, tous les paramètres peuvent être modifiés a posteriori.

L'enregistrement MIDI s'effectue en live par exemple sur un contrôleur MIDI USB ou dans le piano roll avec la souris. Le piano roll est un affichage de Samplitude qui vous montre un clavier et les ordres MIDI joués selon le temps et la tonalité. Dans ce mode, vous pouvez également « peindre » manuellement des notes dans le piano roll.

Pour rendre les ordres MIDI audibles comme nous l'avons décrit, vous avez besoin d'un générateur de sons. Dans une DAW, les générateurs de sons sont également appelés VSTi (Virtual Studio Technology Instrument) ou instrument VST.

Édition MIDI

Comme dit précédemment, les enregistrements MIDI livrent comme avantage majeur des possibilités d'édition polyvalentes après l'enregistrement. Comme avec les enregistrements audio, les événements MIDI peuvent être alignés sur la grille configurée dans le séquenceur pour corriger les imprécisions dans le jeu. En règle générale, les enregistrements MIDI n'offrent pas la possibilité de créer le groove décrit plus haut pendant l'enregistrement. Néanmoins, il est possible avec Samplitude d'effectuer une « humanisation » Cela consiste à déplacer tous les événements sélectionnés dans différentes directions (vers l'avant et vers l'arrière), de manière à créer un timing naturel, c'est-à-dire imparfait. Il est également possible de corriger individuellement des fausses notes en toute simplicité. Cette mesure est utile, car à chaque correction, il n'est pas nécessaire d'effectuer à nouveau l'enregistrement. Par ailleurs, l'utilisateur a une liberté absolue pour choisir l'instrument devant jouer les notes, car les données MIDI restent présentes dans la DAW. Seul le VSTi doit être modifié. Si l'utilisateur souhaite qu'un autre instrument joue les mêmes mélodies ou accords, il peut copier l'objet MIDI de son choix ou le déplacer sur une nouvelle piste d'instrument. Non seulement les objets de piste peuvent être remplacés, mais également les données MIDI de projets entiers. Pour cela, les objets MIDI d'un projet doivent être exportés, ce pour quoi Samplitude propose différentes options :

  • Exportation de tous les objets MIDI dans un fichier en tant que piste
  • Exportation de tous les objets MIDI dans un fichier avec plusieurs pistes
  • Exportation de tous les objets MIDI sélectionnés comme fichiers MIDI (un fichier par objet)

Si vous choisissez l'une des deux premières possibilités, vous disposez de l'option supplémentaire d'écrire des indications sur le tempo du projet actuel dans le fichier MIDI. Cela facilite grandement le remplacement de projets MIDI entiers, car aucun réglage du tempo ne doit être effectué lors de l'importation dans une nouvelle DAW. Le logiciel peut maintenant lire automatiquement les indications sur le tempo ou les modifications du tempo et les transférer dans le programme. La possibilité d'exporter des projets MIDI entiers présente comme autre avantage que les instruments peuvent être remplacés simplement, sans avoir à jouer à nouveau les mélodies, si par exemple un partenaire de production dispose d'une VST qui ne se trouve pas dans la bibliothèque.

Il est même possible de convertir un enregistrement audio en événement MIDI. Samplitude propose de remplacer de percussions réelles par des percussions virtuelles. Pour cela, seul l'objet devant être remplacé par des notes MIDI doit être sélectionné. Ensuite, sélectionnez dans le menu Objet le point Quantisation et l'assistant de quantisation audio. Cet assistant propose différents paramètres permettant de déterminer notamment la sensibilité de la réaction du logiciel aux sons des percussions, c'est-à-dire le nombre de marqueurs de transitoire devant être défini en fin de compte. Dès que l'assistant de quantisation audio est ouvert, vous pouvez sélectionner chaque objet audio et définir via l'assistant la précision du travail de Samplitude. Une fois cette étape effectuée, cliquez sur Objet → Quantisation → Quantisation audio avancée → Créer un déclencheur MIDI à partir des transitoires. Ainsi, une nouvelle piste MIDI est créée automatiquement et contient pour chaque marqueur de transitoire une note MIDI. De cette manière, le groove du contenu audio est directement transféré sur votre piste MIDI et vous ne devez sélectionner plus que d'un kit de batterie de remplacement adapté. Vous pouvez utiliser le kit virtuel pour créer des calques et ainsi faire paraître les percussions déjà enregistrées plus volumineuses.

Dans le piano roll, les stations de travail moderne offrent la possibilité d'afficher les données jouées comme des notes réelles. Cela est par exemple utile quand on souhaite jouer ses propres compositions sur un instrument réel sans se souvenir des notes exactes. Mais même la compréhension générale des notes, qui n'est pas essentielle pour utiliser une DAW, est automatiquement améliorée.

Mixage

Dès que tous les instruments sont édités dans le mix, que tous les fondus sont définis et que le timing est adapté, vous pouvez commencer le mixage.

Pendant le mixage, la situation d'origine durant le mixage a été rétablie. Les instruments joués ont été placés par le biais de l'application d'effets dans l'image stéréo et la profondeur pour donner une impression d'espace. De nos jours, cette définition est comprise au sens large de sorte que les possibilités techniques avancées permettent des éditions créatives de la musique même pendant le mixage. Ces éditions ont pour seule fonction de renforcer des éléments existants ou d'en ajouter de nouveaux. Les expressions comme « Fix it in the Mix » laissent penser à tort qu'il est possible d'influer grandement sur le son des enregistrements pendant le mixage. Cela n'est de loin pas le cas. Si vous n'êtes pas satisfait du son d'un enregistrement, il est recommandé de rejouer la partie afin d'économiser du temps et de simplifier le travail. Une réparation du mix est souvent primordiale et nécessite des compromis.

Les effets utilisés pendant le mixage sont divisés en deux grandes catégories : les effets séquentiels et les effets parallèles. Les effets séquentiels tels que les compresseurs et les égaliseurs sont intégrés les uns après les autres. Cela signifie qu'ils se trouvent sur le même canal que votre fichier audio. Par conséquent, le fichier entier du canal est modifié et traverse l'effet. Dans la manipulation du son et de la dynamique, il est justement conseillé d'utiliser des effets de manière séquentielle.

Les effets parallèles sont disponibles directement sur la table de mixage sous forme des bus AUX et d'aide. L'effet se trouve alors sur une piste distincte de manière à ce que le canal d'origine contienne toujours le signal non modifié tandis que sur la deuxième piste, il est possible de mixer le signal avec l'effet. Les effets de réverbération, de Delay et de modulation comme Chorus ou Flanger sont des exemples parfaits. Par ce biais, vous avez la possibilité de n'appliquer l'effet qu'à des parties du contenu audio. Contrairement aux effets de série, aucun contenu n'est ici modifié, mais un élément nouveau est ajouté.

Mastering

Le mastering est divisé en deux sections : le mastering créatif (également appelé « prémastering ») et le mastering technique.

À l'origine, le mastering désignait le fait de copier un enregistrement de bande magnétique sur un vinyle. Par le biais de différentes limitations techniques, notamment du volume de la basse ou de la corrélation de phase des canaux, il était nécessaire de préparer un enregistrement spécialement pour la production de disques vinyles.

Jusqu'à aujourd'hui, les interventions des ingénieurs du mastering sont devenus de plus en plus conséquentes, de telle sorte que l'on différencie le mastering créatif du mastering technique. Grâce au progrès technologique des DAW modernes, les ajustements d'un enregistrement en vue du pressage du CD ne représentent qu'une infime partie du processus. Ainsi, quand on parle de nos jours de mastering, il est généralement question du mastering créatif.

Une fois que le mixage est terminé et préparé, c'est-à-dire que les rapports de volume et l'application d'effets sur les pistes séparées sont finaux et qu'un « headroom » suffisant a été prévu, l'enregistrement est prêt pour être finalisé dans un studio de mastering.

Mastering

Tandis que pendant le mixage, des effets sont utilisés avec des paramétrages parfois extrêmes, le mastering consiste à configurer les paramètres plus en détail pour obtenir le résultat souhaité. Des réductions de 0,5 dB sont tout à fait normales. Par ailleurs, un ingénieur du mastering n'utilise de loin pas tous les effets pouvant être utilisés pendant le mixage.

Pour créer un (pré)master créatif, un compresseur et un égaliseur sont amplement suffisants. Cela est dû avant tout au fait que contrairement au mixage, le mix stéréo est édité entièrement au lieu des pistes individuelles. Une modification de l'enveloppe d'égaliseur par exemple - excepté les « stems » ou le « vocal-up/down » - influe donc sur le mixage entier.

La règle principale pour le prémastering est la suivante : un mix parfait ne nécessite aucun mastering (créatif).

Imaginez que vous écoutez un mixage dans lequel la guitare ne se distingue pas du reste. Comme solution éventuelle, il est possible de relever les fréquences d'environ 1,5 kHz. Cette plage de fréquences peut d'ailleurs contenir des parties de caisse claire, de voix, de basse et de grosse caisse. Toutes ces portions de signal sont elles aussi relevées avec ce paramétrage d'égaliseur, ce qui modifierait grandement l'image sonore contrairement à l'intention de l'ingénieur du mix. Avec des modifications détaillées de l'égaliseur, il est possible de manipuler des portions de signal individuelles pendant le mastering sans modifier grandement le mix restant.

Pendant le mastering technique, un master est créé pour l'usine de pressage, cela signifie qu'aucune modification supplémentaire n'est effectuée sur le contenu audio, mais que l'on se prépare pour la reproduction. Pour cela, il est nécessaire de s'assurer que les débuts, les fins (fondu d'entrée/de sortie) et l'ordre général des titres soient corrects. Le contrôle et - si nécessaire - la correction de la phase, ainsi que la suppression de bruits indésirables éventuels sont également assurés par la partie technique du mastering, mais influent sur le contenu audio entier, de telle sorte que la limite entre mastering créatif et mastering technique n'est pas toujours claire.

Exportation

À la fin d'une production musicale, il est toujours nécessaire de convertir un fichier de session dans un format audio courant. Il faut ici faire la différence entre les formats sans et avec perte. Pour les consommateurs de musique lambda, les formats comprimés comme mp3, wmv ou Ogg Vorbis sont suffisants, surtout s'ils écoutent les fichiers exportés sur un haut-parleur ou un écouteur de portable. Dans ce cas là, il n'existe aucune différence avec les contenus audio sans perte, en tout cas tant que le nombre de kilobits est composé de trois chiffres. Mais sur des systèmes et des écouteurs haut de gamme, une différence nette est perceptible entre les formats mentionnés ci-dessus et les formats sans perte comme WAV ou AIFF. Au final, chaque format a ses avantages et ses inconvénients. Ici, il faut réfléchir si l'on préfère avoir plus d'espace sur l'ordinateur ou sur le portable ou si la qualité sonore est si importante que l'on veut bien sacrifier de la mémoire sur le disque. Mais si l'on souhaite transmettre les contenus audio à une usine de pressage, une exportation sans perte est impérative pour pouvoir garantir la qualité audio la plus élevée possible.

On pense rarement à quel point le logiciel de production de musique avec lequel on travaille est complexe. Et surtout, on oublie souvent qu'il est possible de simuler les immenses studios d'enregistrement d'autrefois sur un minimum d'espace. Mais chaque DAW est différente et toutes les DAW n'offrent pas les mêmes fonctions ou possibilités d'édition. Dans Samplitude Pro X Suite, vous pouvez réaliser toutes les étapes nécessaires pour une production musicale complète. De la composition jusqu'au mixage et au mastering en passant par l'enregistrement et l'édition, le logiciel vous offre un nombre infini d'outils et des flux de travail efficaces pour vous faciliter la planification du travail avec cette DAW.


Économisez 399 €
Samplitude Pro X3 Suite
Au lieu de 998,00 € 599,00

Samplitude Pro X3 Suite

Samplitude Pro X Suite allie l'excellence du programme audio numérique Samplitude Pro X à un pack supplémentaire de haute qualité.